Le musée Baud déménage (RTN)

Basé à l’Auberson depuis sa création en 1955, l’institution a emballé une bonne partie de sa collection. Les 240 pièces seront exposées dans le nouveau musée de Ste-Croix dès ce printemps

Arlette Baud, au milieu des boites à musiques emballées et prêtes au déménagement de L’Auberson à Ste-Croix.

Des cartons, des emballages et des salles presque vides : le Musée Baud est prêt à déménager. 240 pièces composaient encore la collection fin décembre, lors de la fermeture. Aujourd’hui emballés, ces automates réunis à l’Auberson depuis 1955 profiteront d’une seconde vie non loin de là, à Ste-Croix. Le Musée Baud sera à l’honneur d’une pièce complète dans le nouveau musée qui doit ouvrir fin mai.

Le Musée Baud, premier de son genre au monde

Dire qu’Arlette Baud connait bien la maison est un euphémisme : à 83 ans, elle totalise 60 ans d’expérience au milieu des boites à musique. Elle était d’ailleurs associée avec son cousin, Michel Bourgoz, responsable de l’atelier. D’emblée, Arlette Baud se propose de nous jouer un morceau d’un orchestrion encore stocké dans les locaux de L’Auberson. Grand comme une armoire à habits, cet instrument mécanique était très populaire dans les années 1920, par exemple dans des restaurants pour les soirées dansantes. Aujourd’hui, certains de ces exemplaires se sont comptent sur les doigts d’une main : « par exemple cet orchestrion de la maison Hupfeld à Leipzig, il n’y en a que deux au monde. Celui-ci, et un aux États-Unis » détaille Arlette Baud. « En 1963 je suis venue donner un coup de main à mon père, et j’ai travaillé jusqu’à aujourd’hui ».

 

Le Musée Baud: entre orchestrions et cartons

Le Musée Baud était le premier de son genre au monde lorsqu’il a ouvert en 1955. Il a connu une grande popularité dans les années 80, avec près de 300 enfants par jour d’ouverture. Les gérants se souviennent même avoir touché les 40’000 entrées par année, avant de connaitre un net recul au début des années 2000. Pour Arlette Baud, il était important que cette collection reste dans la région. « On a commencé les réflexions en 2013, tout de suite on a pensé au fait de rester à Ste-Croix, après les discussions avec le syndic ». Des acheteurs en Chine étaient par exemple intéressés par la collection.

Arlette Baud : « Quand ça sera vide, ça va me faire quelque chose, c’est clair »

« Tino l’accordéoniste » et les autres ancêtres des jukebox de L’Auberson seront bientôt exposés à Ste-Croix. ​« Il y a aura une salle Baud, c’est ça qui compte » ajoute Arlette Baud. L’inauguration du Musée unique, rebaptisé MuMAPS pour Musée de la Mécanique d’Art et du Patrimoine de Sainte-Croix, est prévue fin mai. /swe

Musée Unique – Tous droits réservés | Réalisé par : osmose-groupe.ch